mardi, octobre 16

Chiffres de la banque centrale allemande : l’Allemagne rembourse 53 milliards d’euros de dettes !

L’année dernière, le fardeau de la dette de la République fédérale est tombé à 2,093 trillions d’euros. Selon la Bundesbank, l’Allemagne se conforme presque entièrement aux critères de l’euro du traité de Maastricht. Les recettes fiscales élevées et les faibles taux d’intérêt ont aidé l’Allemagne à réduire sa dette l’an dernier. En 2017, la dette publique a diminué d’environ 53 milliards d’euros pour atteindre 2,093 trillions d’euros, a annoncé la banque centrale allemande .

Le ratio d’endettement

C’est-à-dire le rapport entre la dette et le produit intérieur brut (PIB), a diminué de 4,1 points de pourcentage pour s’établir à 64,1 %. La plus grande économie européenne n’a donc pas réussi à atteindre l’objectif de 60 % du PIB fixé dans le traité de Maastricht. Cependant, l’Allemagne est sur la voie de la reprise depuis des années : en 2010, ce chiffre était de 80,9 %.

Le niveau d’endettement de Maastricht calculé par la Bundesbank diffère légèrement des chiffres publiés il y a quelques jours par l’Office fédéral de la statistique. Ceci est dû à des régularisations différentes dans le calcul. Par exemple, les chiffres de l’Office fédéral ne comprennent que les dettes envers les sociétés non publiques et les banques.

Le cadre de la procédure de surveillance budgétaire européenne

Les États membres de l’Union européenne sont tenus de soumettre deux fois par an à la Commission européenne des données sur le déficit et la dette publique. L’année prochaine, le ratio d’endettement devrait retomber sous la barre des 60 % pour la première fois depuis longtemps. Cela a été annoncé par le gouvernement allemand en janvier dans son rapport économique annuel.

Selon la banque centrale allemande , la plus grande partie de la réduction de la dette publique de l’année dernière peut s’expliquer par le succès des Bad Banks soutenues par l’Etat dans la vente d’actifs financiers. Ces mauvaises banques ont été créées au cours de la crise financière de 2007/2008. Des prêts pourris et d’autres passifs hérités du passé y ont été externalisés afin de restructurer les banques en difficulté. Les mesures de soutien en faveur des banques nationales se sont élevées à 193 milliards d’euros. Avec un montant inchangé de 88 milliards d’euros, les paquets d’aide pour les États qui trébuchent sur l’euro ont eu un impact.

Les villes et les communes ont également contribué de manière significative à la réduction de la dette grâce à des excédents budgétaires. Selon la Bundesbank, les caisses de sécurité sociale en grande partie sans dette ont utilisé leurs excédents pour le développement des actifs financiers. La dette de base du budget fédéral a légèrement augmenté.